C’est la faute au cheikh!

| Billet invité | J’écris un lundi soir. Je deviens barge. En fait je pourrais écrire sans arrêt je crois, même la nuit. Les bourses tiendront le coup cette année. C’est simple, les financières ne se sont pas reprises. Pensez au cheikh machin-truc, qui à l’époque où M. Ospel disait encore que l’UBS ne subirait que des pertes marginales suite aux subprime, a souhaité prêter main forte en renforçant le capital de l’UBS en payant ses titres 50 balles pièce. Vous pensez qu’il en pense quoi le cheikh machin-truc?

Il veut revoir son pèze bon sang. Pensez aux autres guignols qui comme moi sont englués avec des moyennes impropres au sommeil dans des titres financiers qui me rendent dépressif. Donc le système fera tout pour que les grands manitous de ce monde, donc ceux qui gagnent à tous les coups, se refassent une santé (et surtout retrouvent le sommeil). Ok ça prend du temps. Tellement de temps que les banquiers centraux en ont tellement marre de recevoir des téléphones du cheikh qu’ils ont décidé de tenir un conseil d’administration avec un seul point à l’ordre du jour: faire tourner la planche à billets. En fait, il n’y avait même pas à se prononcer sur ce point. Le cheikh a parlé. Il en a même parlé aussi à Mme Lagarde qui dit à présent qu’il faut tout faire pour que ça aille bien. Les pays en faillite qui ne peuvent de toute façon plus jamais rien rembourser sont à présent priés de rembourser plus lentement et de payer moins cher leurs taux.

C’est très joli cette nouvelle fraternité économique. Chacun prend soin de l’autre. Personne ne doit rester sur le carreau. Le cheikh machin-truc veut absolument revoir son pèze. Bernanke et consorts n’en ont rien à secouer du peuple. Ils agissent uniquement sous la pression de quelques incontournables. Et quand ces derniers auront retrouvé leur retour sur investissement (moi je remercierai le cheikh parce que j’ai pas le numéro de portable de Bernanke), la baudruche pourra enfin exploser.

Tiens j’arrive à prédire l’avenir? C’est tellement simple que je n’en tire aucun mérite. Tout est écrit. Petit pari: à quand l’action UBS à CHF 50.00? Vous verrez, très bientôt on nous dira comme ils travaillent bien soudainement, que les risques sont à présent super-maîtrisés grâce à un ordinateur géant programmé par des traders qui acceptent de bosser bénévolement pour la bonne cause et qui offrent leurs vacances à des camps de démunis. Ça c’est pour demain. Des annonces fracassantes de bonne santé économique pour après-demain. Et le cheikh sera content. Le cours de son titre favori triplera en quelques mois seulement.

M. Ermotti nous dira comme ils auront su se recentrer sur leur métier de base et qu’ils croissent à présent plus vite que le marché. Amen. Et avec l’effet bronzage beau gosse, le cheikh en restera bouche bée, lui qui observe toute cette mise en scène depuis sa tente dans le désert…

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!

 
vulputate, id, accumsan id tempus ipsum risus. non massa eleifend sem,