Achetez Dodge… c’est trop cool!

Passer quelques semaines à observer la vie canadienne, en bordure des USA, représente un excellent moyen de se faire une idée de ce qui s’y passe. Il suffit d’accepter de vouloir vivre les yeux ouverts et ne pas se voiler la face. Simple non? Ou pas? Ajoutez à cela la lecture de la presse économique canadienne et américaine… Stop ça suffit. Il n’en faut pas plus. On fait un petit topo ensemble?

Durant 3 semaines, j’ai roulé un magnifique véhicule: un Toyota Sienna, véhicule flagship haut de gamme de la marque. Sous le capot? Un joli bébé vrombissant de 3.5l et 260 chevaux-vapeur pour me catapulter vigoureusement sur les routes sinueuses de l’Ouest canadien. Ça n’était pas compliqué avec un couple pareil. Le pompiste du coin est rapidement devenu mon meilleur pote et par la même occasion mon fournisseur de café attitré (du Starbucks parce que le gentil pompiste il adore vendre du café trop cher)… Ils sont complètement inconscients par là-bas tout le pognon qu’ils claquent juste pour se déplacer (et pour boire du café trop cher). Bien sûr, le litre d’essence coûte 50 centimes de moins qu’en Suisse. Mais comme leurs monstres à roulettes consomment deux fois plus que les nôtres…. C’est ça le fun vous dites? Je comprends pas tout.

Sur les routes? Bon moi je suis plutôt pépère quand je drive, surtout quand je prends le temps d’admirer la nature en même temps. Si bien que j’en ai profité également pour admirer les véhicules qui me dépassaient régulièrement. La grande mode du moment? En fait non je corrige; la grande mode depuis les années 1950 (la mode là-bas c’est hyper stable)… Les derniers Dodge RAM rouge pétant. Ils sont splendides. Sans rire. Moteur de 5l avec tenez-vous bien, 360 cv sous le capot (les pubs ne disent jamais combien ils consomment c’est dommage…). Tout à fait nécessaire et indiqué surtout lorsqu’on sait que la vitesse maximale autorisée s’élève sur les autoroutes, c’est à dire presque nulle part, à 110 km/h. Le minimum vital quoi. Bon ils argument en indiquant qu’il vous permet de déplacer votre maison sans souci. Sous cet angle-là, raisonnement implacable surtout si l’on part du principe que chaque Américain treuille sa maison certainement une fois par semaine en tout cas. Bref passons.

En attendant la fuite en avant continue. Sachez que la durée moyenne d’un leasing aux States s’élève à 66 mois. Et que Ford, les cancres en termes de ventes ces derniers mois, vient d’annoncer fièrement que la durée maximale des leasings offerts à leur aimable clientèle passe dorénavant à 72 mois. Youpiiii, it’s new! Sans rire. Bientôt, à ce rythme-là, certains en seront à rembourser une voiture qu’ils n’auront plus. En plein délire, autant en profiter jusqu’au bout n’est-ce pas?

Et pour terminer ce billet, sachez encore que la grande mode des prêts Ninja (no income, no job, no assets) est repartie de plus belle outre-Atlantique. Mais pas dans les maisons cette fois-ci. Le grand délire? Vendre des voitures d’occasion toutes pourries et trop chères, accompagnées d’un prêt qui coûte aussi trop cher, à des personnes qui ne peuvent pas payer. Et ce qu’il y a de rassurant, c’est de constater que les Pensionfunds achètent ce genre de titres (oh ouiiii les banques adorent les titriser à gogo) afin de satisfaire visiblement un besoin de rendement. On n’est pas sorti de l’auberge. Car un jour, tout le monde se rendra compte que derrière le rendement offert, nous trouverons une douce addition de carcasses dépravées adossées à des débiteurs qui n’auraient jamais dû l’être. Ça promet.

Aucun commentaire pour l'instant.

Vous souhaitez réagir? Laissez un commentaire!