Archives pour juin, 2019

Qui achète encore ?

Tout est formidable. Powell a parlé et il a dit ce que tout le monde voulait entendre. Après avoir ignoré Trump qui réclame depuis des lustres une baisse des taux, on dirait que le mec se soit décidé à prendre en considération les arguments du roitelet qui décide d’à peu près tout dans ce monde. Résultat de ce ballon gonflé au cognac ? Le SMI frôle les 10’000 points, record absolu. Mais personne ne parle de cela parce qu’en Suisse vous savez, on n’a pas l’habitude de dire qu’on est fier de quoi que ce soit. On préfère se la jouer version Schneider-Ammann, tout en joie, tout en superlatifs et surtout de manière complètement décomplexée.

Donc les marchés sont montés, quelques jours. Et puis là on se retâte à nouveau. On se demande quoi comment quand. On s’interroge sur la suite, tout en sachant qu’on continue notre chemin de croix en direction de néant total. Une banque cantonale suisse vient d’émettre un emprunt, offrant une rémunération exubérante: 0.05% à 10 ans. Ça fiche les frissons pas vrai ? Bientôt et je crois bien qu’on le vivra, on va mettre un « moins » devant le chiffre. Un taux négatif. Alors pour faire bien, on nous dit qu’une normalisation des taux interviendra peut-être dans un horizon à 12 mois. Mais comme ça fait au moins 3 ans qu’on nous dit ça, vous me permettrez d’émettre un tout léger petit doute. Sans compter que le déclencheur d’un cycle haussier devrait être la BCE, et que quand l’on voit le bordel qu’il y a en Europe, on a le droit de s’interroger, surtout avec des pays qui respectent super bien leurs objectifs de déficit. Lire la suite →

Tout va bien, on va laisser plonger les taux au fond du lac

A entendre ce que l’on entend, à voir ce que l’on comprend, à force de lire la propagande, on en reviendrait presque à penser que nous vivons dans un monde où tout va mal, limite proche de la 3ème guerre mondiale. Ça, c’est ce qu’on veut bien interpréter, surtout lorsqu’on lit que Mr President tente par tous les moyens de se faire des copains. Le mec il a incendié le maire de Londres en le traitant de « lose » juste avant d’aller rendre visite à la Reine. Ensuite il continue de mettre le feu aux Chinois et de foutre une pagaille monstre avec les Mexicains. Tout partout où il passe, Trump tente de tout bousiller, de tester les limites. Il encense les provocateurs, comme Johnson ou Farage.

Trump n’est pas fou. On peut le penser c’est certain, avec son caractère complètement bipolaire et ses déclarations complètement imprévisibles. Mais il n’est pas givré. Il a simplement des rêves de grandeur qu’il souhaite atteindre et il comprend simplement qu’en poursuivant un chemin bien balisé bordé de belles fleurs roses il n’y arrivera pas. Donc il casse. Son but ? Absolument augmenter la croissance, donc en creusant la dette. Par tous les moyens. Mais pour augmenter la croissance comme lui il l’aimerait, il doit casser celle qui existe. Pour mieux la faire redécoller façon fusée. Trump n’a qu’un but: faire plier la FED. Il veut des taux à zéro. Il veut du crédit gratuit. Il veut faire plonger le dollar, pour le rendre attractif, pour pouvoir encore davantage exporter, pour écraser la concurrence. Trump en a aussi marre de voir les Chinois exiger que les brevets soient partagés. Et comme il ne parvient pas à se faire entendre, il applique des hausses graduelles de mesures punitives. Perso moi tout seul, je salue le courage. Car force est de constater qu’en utilisant les moyens diplomatiques usuels pour parvenir à ses fins, on n’y arrive simplement pas. Du moins pas avant une bonne centaine d’années. Et Trump a compris cela. Lire la suite →

 
risus. venenatis ut justo Sed pulvinar id, dolor porta. facilisis at