Archives pour septembre, 2018

On fume quoi puisqu’on n’y voit rien ?

Non mais juste pour rire… J’ai failli m’étouffer en buvant mon Ovo ce matin en lisant un article sur les épargnants. Il semble que 10 ans supplémentaires sans aucun rendement se trouvent devant eux. Non mais on est sûr de ça ? Les mecs qui ont osé pareil pronostic ont tous dû faire de grandes études et fourni de longs rapports avec pleins de tableurs dedans. Depuis le temps que je le dis ça fout les jetons d’en arriver là. Mais pourquoi j’écris d’ailleurs? Draghi a parlé. Il parle de l’inflation qui se veut carrément « entreprenante » en Europe. En bon français, ça veut dire qu’il va bientôt annoncer une montée des taux. Debleu ça fait longtemps pas vrai ? Reste à savoir si la manette du bateau s’arrêtera après un ou deux crans seulement, comme le capitaine de la FED l’a fait. Draghi dit encore qu’il existe cette fois-ci une sérieuse pression sur les salaires. La seule chose que je ne comprends pas bien dans tout cela, c’est qu’on dirait que l’économie se trouve carrément en surchauffe. Mais si elle est en surchauffe, pourquoi tant de chômeurs encore et de travailleurs non déclarés ?

Quant aux marchés ils continuent de se porter à merveille. Les actions continuent leur petit bonhomme de chemin et contrairement à Musk, je ne crois pas vraiment qu’il y ait beaucoup de fumette chez les traders. Tout au plus un peu de cannabis fait-il passer le temps puisque seuls le temps et la patience permettent à tout un chacun investit dans les marchés de contempler l’envolée des cours. Et dire que ce bordel dure depuis 10 ans maintenant. En fait la bourse c’est tout simple depuis 2009. Vous achetez tout et rien, vous vous endormez dans votre hamac et vous allumez votre pc une fois par an pour voir combien vous avez beaucoup gagné. Lire la suite →

On rentre la tête et on se dit que ça va passer

Je ne sais pas vous mais je n’aimerais pas être à la place des personnes qui subissent les ouragans. En ce moment, les oreilles sifflent chez beaucoup de monde. Peut-être une nouvelle maladie infectieuse qui semble se propager accompagnée de puissants vents. Rentrer la tête dans les épaules ne sert pourtant pas à grand-chose. Les girafes n’y arrivent d’ailleurs pas mais pour d’autres raisons. Pour parler local, prenons le cas de M. Maudet. Un grand classique du cinéma politique. Ceux qui veulent sa peau jouent la montre. Plutôt que de le scalper sur la place publique, on lui retranche peu à peu toute fonction, toute responsabilité. Officiellement il reste en place mais ne peut plus rien faire, tout en espérant que ce monsieur prenne son courage à deux mains en annonçant son retrait de scène théâtrale. Un grand classique. Et comme toujours dans ces cas-là, l’homme politique blessé s’accroche à dire qu’il va tenir bon, qu’il ne va rien lâcher, que l’affaire qui lui colle aux basques n’entache en rien sa capacité à assumer sa fonction. On nie toujours. Ensuite on accepte de lâcher un peu et on se défend. Et plus on tente de se justifier et plus on s’enfonce.

Un autre gugus qui commence gentiment à sentir sa tête s’enfoncer dans ses épaules c’est notre ami Trump. Manafort s’est mis à table, invité qu’il a été par M. Mueller. C’est dingue je n’en reviens pas. Il semble que la perspective soudaine de devoir passer ses prochaines 812 années en prison ne l’enchante guère. Pas étonnant qu’il commence à se dire que le met proposé par le procureur lui semble être au final une bonne idée de repas de fête. Ensuite il y a les monnaies qui s’enfoncent. Si bas qu’on ne distingue bientôt plus leur tête du tout. Le réal brésilien s’est enfoncé de plus de 20% face au dollar depuis le début de l’année, sans parler du peso, de la livre turque et tant d’autres comme le Venezuela. Il paraîtrait que les Allemands qui ont conservé leurs brouettes d’avant-guerre font de bonnes affaires. Tout le monde parle de bourse, des cours qui sont et vont encore plus au ciel, mais on ne voit pas ce qui se trame du côté des monnaies. Ça va faire mal dans le commerce extérieur. Un complet déséquilibre est en train de naître et personne ne s’y attarde. Un peuple qui ne peut plus rien acheter se prépare à des temps particulièrement durs. Adieu les sacs Vuitton ou plus simplement l’achat d’un iPhone. Lire la suite →

Les bouffons nous aveuglent

Les valeurs technos ont plongé hier soir. Ça c’est ce qu’on lit ce matin car ça fait toujours super plaisir de voir qu’il y a des gens, ou sociétés, qui se sentent aussi mal que nous. Et par ailleurs, ça fout les jetons car on se dit que la fin de la fin approche. Or il n’en est rien. Ce qu’on oublie de dire, c’est que les technos ont explosé à la hausse depuis des semaines que tout à coup, on semble prendre conscience qu’elles cotent un peu haut. Je partage car quand on voit cette daube de Twitter qui n’existe que grâce à Trump, on se dit que le monde va bien mal.

Mais ce qui m’amuse le plus, c’est la parodie qui se joue aux USA. Les élections mid-term approchent et il semble qu’elles seront décisives pour l’avenir de la planète. Si les Démocrates devaient reprendre la majorité, on essaie de nous faire croire que Trump serait complètement muselé et que tout ira bien. Nous avons la mémoire courte, très courte. G. W. Bush avait vécu pareille « mésaventure ». Cela ne l’avait aucunement empêché d’agir à sa guise durant les deux dernières années de son mandat en gouvernant par décret. Les Démocrates n’avaient pas existé, même s’ils aboyaient comme des fous. Tout au plus avaient-ils rendu la tâche du singe en place un peu plus compliquée, le forçant à s’asseoir un peu plus avec eux pour les écouter. Mais dans les faits, Bush a gouverné comme il l’a voulu.

Aucun Démocrate ne parviendra à museler ce bouffon de Trump. Personne ne l’empêchera de saisir sa tablette et d’arroser la Terre entière de ses tweets mélodieux. Personne ne l’empêchera de continuer à foutre une pagaille monstre, un peu comme lorsque vous laissez sans surveillance votre table de pique-nique pleine de victuailles au bord d’une plage. Les mouettes vous remercieront. L’automne sera animé c’est une certitude. Jamais un fou comme machin n’avait jusqu’à présent dirigé un pays « normal » depuis que je suis né. Ensuite il y a toujours et encore M. Mueller qui s’emploie à faire asseoir à sa table tous ceux qui ont quelque chose à dire. Ce monsieur ne parle pas. Il travaille. Il tisse sa toile, un peu comme lorsque vous préparez le casse du siècle en prenant le temps d’étudier toutes les possibilités qui existent pour faire péter une banque. Et un jour sans crier gare, ça fera boum. Je ne crois pas une seconde que ce procureur bosse pour accoucher au final d’une souris. Le système américain est différent du système genevois où M. Maudet continue d’œuvrer en toute liberté bien qu’il soit décrié de partout. Peut-être la pire des punitions pour lui. La lâcheté de ceux qui auraient pu se montrer un peu plus fermes envers lui m’épate. Ou m’exaspère c’est selon. Lire la suite →

 
ut libero at nec in odio vulputate, ipsum